Thème 12 : Comment organiser la fin des énergies fossiles à l’horizon 2050 ?

Question 2) Echelle territoriale pour la résilience énergétique (sécurité, autonomie, résistance aux chocs) dans un monde décarboné

Quelle est selon vous la bonne échelle géographique pour assurer la résilience énergétique dans un monde décarboné :

  • A : Il faut mettre en place un système à l’échelle européenne, garantissant une solidarité et une sécurité partagées à l’échelle de l’Union
  • B : Il faut conserver un système à l’échelle nationale, garantissant une solidarité et une sécurité partagées à l’échelle du pays.
  • C : Il faut aller vers plus d’autonomie locale, en conservant toutefois des dispositifs nationaux jouant le rôle de filets de sécurité, même si cela peut engendrer des coûts supplémentaires.
  • D : Il faut résolument s’orienter vers l’échelle locale, afin que les citoyens et les territoires soient pleinement acteurs de leur résilience énergétique.
Ajouter ma contribution
  • GERARD METENIER - 29 Novembre 2021 - 19h30

    • C : Il faut aller vers plus d’autonomie locale, en conservant toutefois des dispositifs nationaux jouant le rôle de filets de sécurité, même si cela peut engendrer des coûts supplémentaires
    Le bon échelon est le plus grand géographiquement mais pour que les acteurs se sentent impliqués il est nécessaire de les faire agir avec une certaine autonomie localement, dans le cadre d'une redistribution sociale
  • NourDAH - 29 Novembre 2021 - 10h02

    • C : Il faut aller vers plus d’autonomie locale, en conservant toutefois des dispositifs nationaux jouant le rôle de filets de sécurité, même si cela peut engendrer des coûts supplémentaires
  • x--ben - 27 Novembre 2021 - 12h56

    • A : Il faut mettre en place un système à l’échelle européenne, garantissant une solidarité et une sécurité partagées à l’échelle de l’Union
  • Ulric25 - 27 Novembre 2021 - 00h17

    • C : Il faut aller vers plus d’autonomie locale, en conservant toutefois des dispositifs nationaux jouant le rôle de filets de sécurité, même si cela peut engendrer des coûts supplémentaires
  • Andrea - 26 Novembre 2021 - 21h52

    • B : Il faut conserver un système à l’échelle nationale, garantissant une solidarité et une sécurité partagées à l’échelle du pays
    Certains pays européens sont sur la mauvaise voie, privilégiant la sortie du nucléaire aux enjeux planétaires. Il faut un système peu dépendant des interconnexions. Il faut également un système qui limite les surcharges des lignes RTE (l'étude futurs énergétiques 2050 montre que les ENRi favorisent les surcharges mais ne prend pas en compte ce phénomène pour estimer les surcouts maintenance de ces lignes, ni l'augmentation des incidents -et donc la diminution de la sécurité électrique. L'ENTSO a conclu sur l'incident du 6 janvier 2021 qu'il était lié à la difficulté de prévoir les flux en Europe : les ENRi rendent cette prévision plus difficile donc exposent à des risques de coupures) L'aménagement du territoire passe par un système centralisé fort qui seul saura garantir non seulement le bas carbone, mais également la diminution des utilisations de ressources
  • Matthieu_B - 26 Novembre 2021 - 13h26

    • C : Il faut aller vers plus d’autonomie locale, en conservant toutefois des dispositifs nationaux jouant le rôle de filets de sécurité, même si cela peut engendrer des coûts supplémentaires
    ON ne peut pas se passer du reseau electrique RTE national, mais il faut une autonomie locale.
  • AudreyAl - 25 Novembre 2021 - 16h55

    • B : Il faut conserver un système à l’échelle nationale, garantissant une solidarité et une sécurité partagées à l’échelle du pays
  • Nils - 24 Novembre 2021 - 13h44

    • C : Il faut aller vers plus d’autonomie locale, en conservant toutefois des dispositifs nationaux jouant le rôle de filets de sécurité, même si cela peut engendrer des coûts supplémentaires
    Je précise par "autonomie locale" qu’il faut avant tout que les distances entre lieu de production et lieu de consommation soient faibles. Cela ne s’oppose pas forcément (même si c’est le cas aujourd’hui) à la production centralisée, très efficace : en construisant d’immenses bâtiments autonomes dans lesquels tout est produit, on fait à la fois du central et local. Il faut tout de même garder une certaine souplesse nationale pour aider un territoire en cas de pépin.
  • ArnaudS - 24 Novembre 2021 - 09h19

    • B : Il faut conserver un système à l’échelle nationale, garantissant une solidarité et une sécurité partagées à l’échelle du pays
    Chaque pays à actuellement trop tendance à vouloir se reposer sur les autres pour garantir sa sécurité énergétique. Si trop de pays rencontre des problèmes simultanément ces échanges ne pourront permettre d'assurer la sécurité. La France doit pouvoir être autonome et voir mieux aider les autres. Mais ne doit pas avoir à se reposer sur le bon vouloir d'autre pays ce qui serait source de conflit potentiel.
  • MB - 23 Novembre 2021 - 19h01

    • C : Il faut aller vers plus d’autonomie locale, en conservant toutefois des dispositifs nationaux jouant le rôle de filets de sécurité, même si cela peut engendrer des coûts supplémentaires
Retour en haut de page