Thème 1 : Quel équilibre entre recours à la sobriété énergétique et recours aux technologies nouvelles ?

Question 1) Équilibre à privilégier entre recours à la sobriété énergétique et recours aux technologies nouvelles dans la future Stratégie

Selon vous, quel équilibre doit être privilégié entre le recours à la sobriété énergétique et l’usage de technologies nouvelles dans la future Stratégie ?

  • A : Il faut se reposer essentiellement sur les nouvelles technologies, ce qui permettrait de conserver les modes de vie actuels
  • B : Il faut se reposer de façon équilibrée sur les deux leviers parce qu’ils sont complémentaires
  • C : Il faut se reposer essentiellement sur la sobriété, car il n’est pas réaliste de penser que les nouvelles technologies permettront de compenser les impacts environnementaux associés aux usages actuels
  • Nico_Che - 16 Février 2022 - 09h39

    • C : Il faut se reposer essentiellement sur la sobriété, car il n’est pas réaliste de penser que les nouvelles technologies permettront de compenser les impacts environnementaux associés aux usages actuels
    Il faut définir un plan d'action basé sur les technologies existantes uniquement. Si de nouvelles technologies émergent et apportent une plus value (meilleur rendement, combustible très accessible, peu ou pas de pollution...), ce sera du bonus, mais miser sur quelque chose d'inexistant à l'heure actuelle serait une aberration.
  • AurianeCl - 16 Février 2022 - 08h27

    • C : Il faut se reposer essentiellement sur la sobriété, car il n’est pas réaliste de penser que les nouvelles technologies permettront de compenser les impacts environnementaux associés aux usages actuels
  • gwawa - 15 Février 2022 - 23h39

    • C : Il faut se reposer essentiellement sur la sobriété, car il n’est pas réaliste de penser que les nouvelles technologies permettront de compenser les impacts environnementaux associés aux usages actuels
    L'Urgence climatique et le retard accumulé sur la trajectoire de décarbonation impliquent de se baser sur des technos existantes et des solutions prouvées et matures pour les domaines les plus émetteurs (transports/agriculture/logement)
  • Green032 - 15 Février 2022 - 22h30

    • C : Il faut se reposer essentiellement sur la sobriété, car il n’est pas réaliste de penser que les nouvelles technologies permettront de compenser les impacts environnementaux associés aux usages actuels
  • clem1co - 15 Février 2022 - 22h17

    • C : Il faut se reposer essentiellement sur la sobriété, car il n’est pas réaliste de penser que les nouvelles technologies permettront de compenser les impacts environnementaux associés aux usages actuels
  • Pierre Boudes - 15 Février 2022 - 22h10

    • C : Il faut se reposer essentiellement sur la sobriété, car il n’est pas réaliste de penser que les nouvelles technologies permettront de compenser les impacts environnementaux associés aux usages actuels
    La sobriété et l'équité doivent être au cœur de notre stratégie. Les nouvelles technologies, l'innovation sont des vecteurs de bien être qu'il ne faut surtout pas rejeter mais que l'on doit considérer comme des cerises sur le gâteau.
  • Amelie - 15 Février 2022 - 21h58

    • C : Il faut se reposer essentiellement sur la sobriété, car il n’est pas réaliste de penser que les nouvelles technologies permettront de compenser les impacts environnementaux associés aux usages actuels
  • Jerome_Garnier - 15 Février 2022 - 21h37

    • B : Il faut se reposer de façon équilibrée sur les deux leviers parce qu’ils sont complémentaires
    Le terme de transition n’est pas adapté, il s’agit d’une reconstruction de nos modes de vie et de l’appareil productif. Le mode de vie du Français moyen n’est pas soutenable. Il faut donc modifier en profondeur dès maintenant notre système, tant que nous avons encore les ressources (pétrole, minerais…), afin de trouver un bon équilibre entre prospérité et sobriété. Une part importante du chemin devra passer par la sobriété. Néanmoins, il faut sortir de la vision romantique, la sobriété est en grande partie récessive. Ne perdons pas de vue que la sobriété subie porte un nom : la pauvreté. Il faut donc un état stratégie et de la planification. Il nous faut utiliser à bon escient le budget carbone qui nous reste à émettre (1000GtCO2 pour rester sous +2°C au niveau mondiale). Il faut donc que ce budget carbone soit utilisé pour la reconstruction et pas pour perdurer le « business as usual ». Il nous faut donc utiliser toutes les énergies bas carbone dont nous disposons. L’échéance est à fixer entre 2050 et 2060, il faut donc faire preuve de discernement afin de ne pas miser sur des technologies dont le niveau de maturité n’est pas suffisant [rapport AIE 2021]. Il faut également regarder les coûts. Le coût de la tonne de CO2 évitée doit donner guider les actions. Comme le rappelle RTE, l’énergie nucléaire reste celle qui minimise les coûts systèmes. Il ne faut pas seulement regarder le coût LCOE. Relancer le nucléaire est important mais la priorité reste de prendre soin et prolonger au maximum notre patrimoine de centrales existantes. Il faut également revaloriser les métiers de la recherche afin de permettre au technologie de passer des prototypes de laboratoires à des démonstrateurs industriels.
  • Harper - 15 Février 2022 - 19h03

    • C : Il faut se reposer essentiellement sur la sobriété, car il n’est pas réaliste de penser que les nouvelles technologies permettront de compenser les impacts environnementaux associés aux usages actuels
  • TonyJ - 15 Février 2022 - 18h51

    • C : Il faut se reposer essentiellement sur la sobriété, car il n’est pas réaliste de penser que les nouvelles technologies permettront de compenser les impacts environnementaux associés aux usages actuels

J'ajoute ma contribution

La consultation est désormais fermée. Merci pour l'ensemble de vos contributions !

Retour en haut de page