Thème 1 : Quel équilibre entre recours à la sobriété énergétique et recours aux technologies nouvelles ?

Question 2) Niveau de recours aux puits technologiques (capture et stockage technologique du carbone)

Le scénario de la Stratégie nationale bas-carbone (SNBC2) intégrait 15MtCO2eq de puits technologiques à l’horizon 2050, soit environ 20% du puits total. Le puits total représente 80MtCO2eq et intègre aussi le puits naturel. Selon vous :

  • A : Il n’est pas raisonnable de se reposer sur les puits technologiques, il faut chercher à réduire davantage les émissions résiduelles ou développer davantage le puits naturel en 2050
  • B : Le scénario de la SNBC2 me paraît équilibré
  • C : Il serait plus judicieux de chercher à développer davantage les puits technologiques, notamment en intégrant la capture directe du carbone dans l’air ce qui rendrait les trajectoires de décarbonation sectorielles plus douces (moins d’effort de réduction des émissions nécessaire)

Le puits technologique correspondent à la capture et au stockage technologique du carbone sur les grands sites d’émission, voire directement dans l’air, technologie aujourd’hui non déployée en France.
Le puits naturel correpond aux forêts et aux sols agricoles notamment.

Ajouter ma contribution
  • Emmanuel P - 30 Novembre 2021 - 21h11

    • A : Il n’est pas raisonnable de se reposer sur les puits technologiques, il faut chercher à réduire davantage les émissions résiduelles ou développer davantage le puits naturel en 2050
  • GERARD METENIER - 29 Novembre 2021 - 19h00

    • A : Il n’est pas raisonnable de se reposer sur les puits technologiques, il faut chercher à réduire davantage les émissions résiduelles ou développer davantage le puits naturel en 2050
    On parle de capture de CO2 depuis plus de 10 ans et il n'y en a toujours pas ...
  • NourDAH - 29 Novembre 2021 - 10h05

    • A : Il n’est pas raisonnable de se reposer sur les puits technologiques, il faut chercher à réduire davantage les émissions résiduelles ou développer davantage le puits naturel en 2050
  • YL - 27 Novembre 2021 - 10h03

    • A : Il n’est pas raisonnable de se reposer sur les puits technologiques, il faut chercher à réduire davantage les émissions résiduelles ou développer davantage le puits naturel en 2050
    Ces technologies permettent de maintenir le système industriel en l'état, alors que les ressources se raréfient et peuvent engendrer des conflits mondiaux, c'est une impasse.
  • Ulric25 - 26 Novembre 2021 - 21h11

    • A : Il n’est pas raisonnable de se reposer sur les puits technologiques, il faut chercher à réduire davantage les émissions résiduelles ou développer davantage le puits naturel en 2050
  • florian.bonnivard@gmail.com - 26 Novembre 2021 - 19h08

    • B : Le scénario de la SNBC2 me paraît équilibré
  • PaulineBriot - 26 Novembre 2021 - 11h29

    • A : Il n’est pas raisonnable de se reposer sur les puits technologiques, il faut chercher à réduire davantage les émissions résiduelles ou développer davantage le puits naturel en 2050
  • AudreyAl - 25 Novembre 2021 - 16h32

    • A : Il n’est pas raisonnable de se reposer sur les puits technologiques, il faut chercher à réduire davantage les émissions résiduelles ou développer davantage le puits naturel en 2050
  • Pampi - 25 Novembre 2021 - 11h46

    • B : Le scénario de la SNBC2 me paraît équilibré
    Le recours aux techniques de capture de carbone directement à l’émission des GES est utile dès lors qu’elles peuvent être mises en œuvre. Il permettra de réduire l’effort de reconversion technique et de sobriété nécessaire pour l’atteinte des objectifs de lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce recours ne peut être que temporaire. Car que ferons-nous des résidus carbonés issus de la capture ? Toutes les réponses envisageables présentent de graves inconvénients. Quant à savoir si le recours aux puits technologiques peut ou non atteindre 20%, ou plus, c’est aux experts de le dire.
  • Jacques - 24 Novembre 2021 - 18h44

    • C : Il serait plus judicieux de chercher à développer davantage les puits technologiques, notamment en intégrant la capture directe du carbone dans l’air ce qui rendrait les trajectoires de décarbonation sectorielles plus douces
Retour en haut de page