Thème 2 : Quelles conditions pour une véritable culture du bas-carbone ?

Question 3) Expression libre sur le thème

Avez-vous des commentaires généraux ou particuliers sur ces questions de culture du "bas-carbone" ?

Ajouter ma contribution
  • Certains choix individuels haut-carbone doivent être interdits

    YL - 27 Novembre 2021 - 17h07

    Comme rouler sans ceinture, ou sans éclairage dans la nuit, certaines comportements, consommations, activités doivent être interdites et lourdement sanctionnées, car tellement nuisibles au climat qu'aucune compensation n'est vraiment possible. la culture bas-carbone deviendra "naturellement" dominante quand son opposé aura disparu par la contrainte.
  • Maître en cohérence les politiques de développement des territoires

    CeJoannin - 22 Novembre 2021 - 22h30

    Les politiques de développement des territoires, de l'habitat et des activités économiques sont majeures : elles doivent permettre de réhabiliter les bâtiments non occupés en milieu urbain comme en milieu rural permettant de limiter l'étalement urbain créant des pressions sur l'environnement, de proposer des commerces et des emplois de proximité. En lien avec cette politique territoriale, il est nécessaire d'orienter sur des consommations locales et raisonnées au sein des territoires. Un habitat de proximité, avec des commerces, des ressources et des emploi de proximité permettront de limiter les déplacements. La redynamisation des territoires ruraux est envisageable grâce aux moyens de communication, le télétravail qui sont des outils d'accueil d'une population active diversifiée. Des villages sont aujourd'hui dépeuplés, sans activités ou commerces de proximité tandis que des villes continuent de s'étendre et de construire avec parfois les incohérences d'un nombre élevés de logements inhabités. La réhabilitation permettrait donc de limiter les consommations de ressources. La maîtrise des politiques de développement des territoires est ainsi essentielle pour limiter les consommations d'espaces, de ressources et indirectement, limiter les infrastructures et les déplacements et ainsi limiter les impacts environnementaux.
  • Incitation à la sobriété

    xavier64 - 21 Novembre 2021 - 09h22

    Car la sobriété est indispensable à tout ce qui devra être entrepris, pourquoi ne pas appliquer aux différents champs de réflexion l'approche se voulant : - aider pour un premier niveau de consommation de façon à pallier aux besoins necessaires - taxer en allant crescendo dès que l'on dépasse différents seuils. Ceci a été illustré via les propositions sur la consommation électrique, mais pourrait s'étendre à d'autres domaines. Je reconnais que dans certains domaines cela entraînerait aussi un surcroît de contrôle vs libertés individuelles.
  • Mettre fin aux injonctions contradictoires

    DamienP - 19 Novembre 2021 - 20h19

    Il n'est plus tenable de pousser les citoyens à la consommation, via des campagnes de publicités omniprésentes, à la télévision, sur internet, dans l'espace public, et de leur demander de surveiller eux-même à ce que cette consommation soit vertueuse sur le plan climatique. Ces injonctions contradictoires entrainent la dissonance cognitive, qui pousse à l'inaction et donc implique le statu quo. C'est le rôle de l’État que de mettre fin aux campagnes de publicités qui vont à l'encontre de ce qu'il préconise sur le plan environnemental
  • Pour que la stratégie bas carbone entre dans nos moeurs

    Cyril de Koning - 18 Novembre 2021 - 15h58

    La stratégie bas carbone doit intégrer nos vies pour vraiment changer nos modes de consommation. La TVA est une taxe profondément intégrée par les Français. Elle fut inventée dans les années 50 et accompagna magnifiquement notre développement d'alors devanant la principale ressource d'Etat. La TVA est à 4 palliers, la taxe étant plus élevée à mesure que le besoin devient moins essentiel. Il n' y a pas grand chose à changer à cela, toutefois, il serait opportun d'y ajouter des bonus ou malus en points de TVA selon que le type de bien ou service soit fortement carboné ou pas. Prenons par exemple une banane ou une mangue. Quelle vienne d'Italie ou du Brésil, le taux de TVA est le même, qu'elle soit biologique ou conventionnelle également. Intégrer un pourcentage supplémemantaire pour les biens ou services fortement carboné et un niveau plus faible pour ceux plus locaux et moins toxiques. Ce serait une manière d'intégrer la donne dans nos vie de tous les jours. Cela est simple à comprendre pour l'alimentaire, mais selon les indexes, il pourrait être intégrer à tous les biens et services. Cela parait assez évident. Un bien ou un service comportant dans son cycle de production plus de CO² ou autre gaz à effets de serre, engendre des couts collectifs plus importants. Il s'agira de dissuader par cette hausse de TVA les comportements les moins propices en stimulant à l'inverse les plus vertueux. La TVA à terme pourrait prendre un autre nom, comme taxe corrective du carbone ajoutée.
  • un entre-soi très dangereux pour la démocratie

    serge clair - 17 Novembre 2021 - 14h23

    des questions beaucoup trop fermées et d'abord demander aux contributeurs s'ils sont d'accord pour faire advenir une culture du "bas carbone" au moins 30 % de la population est contre et ils sont éliminés dés le début au final une caricature de consultation qui devient complètement "entre soi" seuls les écolos radicaux vont répondre, à quoi ça sert ?
  • Sobriété et justice sociale

    vinclepoivre - 16 Novembre 2021 - 10h11

    L'État doit plus fermement s'opposer aux messages et actions (des entreprises et des particuliers) allant contre la stratégie bas-carbone, tout en s'orientant vers plus de justice sociale, seule garante d'une plus grande acceptabilité des efforts que demande la sobriété nécessaire.
  • Redonner du sens aux vies des gens

    Helene Grosbois - 16 Novembre 2021 - 08h46

    Il faut porter un projet global. Remplacer le productivisme et le consumérisme par autre chose: cultiver son jardin dans tous les sens du terme, remettre de la philosophie dans les vies, ralentir, sortir du béton, se reconnecter au vivant sera la seule voie possible pour ne pas tout détruire s'il n'est pas déjà trop tard pour les deux degrés et des conflits internationaux qui me paraissent d'ores et déjà malheureusement inévitables.
  • Changement de nos modes de vie

    Wilfried D - 15 Novembre 2021 - 20h38

    Plus de sobriété et plus de Local pour une économie circulaire à l'échelle des territoires (département/région)
  • Stratégie bas carbone

    Renato - 14 Novembre 2021 - 17h37

    il faudrait voir à récupérer le carbone dans l'atmosphère pour le recycler et le transformer en matière première (via CO2 + Hydrogène)
Retour en haut de page