Thème 7 : Quelle répartition par secteur (bâtiment, transport, agriculture, déchet, industrie, production et transformation d’énergie) de l’effort supplémentaire pour le rehaussement de l’objectif climatique à l’horizon 2030 ?

Question 1) Orientation préférentielle pour la répartition de l’effort supplémentaire resultant du réhaussement de l'objectif européen

Selon vous, il est préférable de :


  • A : Répartir l'effort supplémentaire de manière uniforme entre les différents secteurs (ils devront alors tous réduire leurs émissions de 10 points de pourcentage supplémentaires par rapport à la SNBC 2)
  • B : Répartir l’effort en gardant la répartition des niveaux d’efforts prévue dans la SNBC 2, qui mettait d’avantage l’accent sur les secteurs ou la réduction des émissions est la moins coûteuse ou la plus urgente
  • C : Faire peser davantage l’effort supplémentaire sur les secteurs qui avaient un taux d’effort moins important dans la SNBC 2.
Ajouter ma contribution
  • AudreyA - 01 Décembre 2021 - 09h55

    • A : Répartir l'effort supplémentaire de manière uniforme entre les différents secteurs (ils devront alors tous réduire leurs émissions de 10 points de pourcentage supplémentaires par rapport à la SNBC 2)
  • GERARD METENIER - 29 Novembre 2021 - 18h56

    • B : Répartir l’effort en gardant la répartition des niveaux d’efforts prévue dans la SNBC-2, qui mettait d’avantage l’accent sur les secteurs ou la réduction des émissions est la moins coûteuse ou la plus urgente
  • NourDAH - 29 Novembre 2021 - 09h38

    • A : Répartir l'effort supplémentaire de manière uniforme entre les différents secteurs (ils devront alors tous réduire leurs émissions de 10 points de pourcentage supplémentaires par rapport à la SNBC 2)
  • x--ben - 27 Novembre 2021 - 12h37

    • B : Répartir l’effort en gardant la répartition des niveaux d’efforts prévue dans la SNBC-2, qui mettait d’avantage l’accent sur les secteurs ou la réduction des émissions est la moins coûteuse ou la plus urgente
  • Ulric25 - 26 Novembre 2021 - 23h16

    • C : Faire peser davantage l’effort supplémentaire sur les secteurs qui avaient un taux d’effort moins important dans la SNBC 2
    D'après votre tableau SNBC 2 : seulement -27% de baisse demandée pour le secteur des transports, et -14% pour le secteur agriculture. On voit bien ici l'emprise des lobbies sur le gouvernement et le peu de volonté de celui-ci. Dans le rapport de juin 2021 du Haut Conseil pour le Climat (installé pourtant par l'actuel Président en 2018) le secteur des transports est le premier émetteur (31%), et l'agriculture le deuxième à égalité avec l'industrie (19%). Réponse C.
  • florian.bonnivard@gmail.com - 26 Novembre 2021 - 19h24

    • B : Répartir l’effort en gardant la répartition des niveaux d’efforts prévue dans la SNBC-2, qui mettait d’avantage l’accent sur les secteurs ou la réduction des émissions est la moins coûteuse ou la plus urgente
  • ArnaudS - 24 Novembre 2021 - 08h57

    • B : Répartir l’effort en gardant la répartition des niveaux d’efforts prévue dans la SNBC-2, qui mettait d’avantage l’accent sur les secteurs ou la réduction des émissions est la moins coûteuse ou la plus urgente
    Il est préférable d'avancer le plus rapidement possible sur les secteurs ou l'impact peut être le plus rapide et le moins couteux. Et permettre l'apparition de solutions technologique permettant de faire des évolutions dans les domaines où ces efforts sont plus couteux et complexes
  • pacem - 22 Novembre 2021 - 12h13

    • A : Répartir l'effort supplémentaire de manière uniforme entre les différents secteurs (ils devront alors tous réduire leurs émissions de 10 points de pourcentage supplémentaires par rapport à la SNBC 2)
  • YVES003 - 21 Novembre 2021 - 15h24

    • B : Répartir l’effort en gardant la répartition des niveaux d’efforts prévue dans la SNBC-2, qui mettait d’avantage l’accent sur les secteurs ou la réduction des émissions est la moins coûteuse ou la plus urgente
  • Nelson - 21 Novembre 2021 - 12h52

    • B : Répartir l’effort en gardant la répartition des niveaux d’efforts prévue dans la SNBC-2, qui mettait d’avantage l’accent sur les secteurs ou la réduction des émissions est la moins coûteuse ou la plus urgente
    L'énergie que nous pouvons mettre sur le sujet n'est pas infini, il faut donc se concentrer sur les actions les plus faciles ou celles qui impactent le plus.
Retour en haut de page